Bois composite et développement durable

Bois composite et développement durable

Publié le : 07/02/2014 10:30:38
Catégories : Environnement

A l’heure où l’écoconception devient le crédo de plus en plus d’entreprises, le composite, jusqu’à présent vanté pour son positionnement écologique fait pourtant polémique : matières premières issues de la pétrochimie, difficultés de recyclage… autant de points soulevés à l’encontre de ce produit ecofriendly. Et pourtant, de plus en plus d’actions sont mises en place tant par les fabricants que par leurs fournisseurs pour proposer un produit qui rime avec développement durable. Tour d’horizon...

Tout d’abord, qu’est-ce que l’écoconception ? 

L’écoconception est une démarche consistant à limiter les impacts environnementaux de la production, la consommation et la destruction des produits que nous utilisons et consommons et ce pour chaque phase du cycle de vie du produit. 

 

1. Les matières premières  - l’approvisionnement 

  • Le bois fait aujourd’hui l’objet de nombreuses règlementations et labels. En France, les 2 labels les plus connus sont le PEFC et le FSC. Tous 2 combattent pour une gestion durable des forêts. Un bois composite qui se respecte se doit donc d’être composé de bois certifié FSC ou PEFC.
  • Les résines plastiques. PVC, PE et PP sont toutes 3 issues de la pétrochimie. PE et PP à 100%, PVC à 57%. Leur avantage est qu’ils sont thermodurcissables, et donc recyclables et transformables à l’infini. 
  • Les pigments et autres additifs : ils doivent tous répondre à la règlementation REACH, c’est-à-dire ne contenir aucune substance dangereuse pour la santé ni pour l’environnement. 

2. L’approvisionnement – le transport

Bilan carbone exige, plus la matière première vient de loin, plus l’empreinte carbone est élevée. Tout fabricant se doit donc de se fournir à partir des matières premières disponibles à proximité de son lieu de production, de façon à réduire les trajets d’approvisionnement. 

3. La fabrication

  • La fabrication des produits a aussi une incidence sur l’environnement : la gestion de l’eau et de l’électricité en est un point important. Une solution pour les entreprises consiste en le renouvellement des eaux usées, notamment utilisées pour le refroidissement, ainsi que des équipements à faible consommation électrique. 
  • Les rebuts : autre point non négligeable dans la fabrication. En effet, les rebuts peuvent atteindre une part importante de la production, surtout avec des process de production tels que l’extrusion. Le recyclage des chutes et des rebuts dans de nouveaux profilés réduit les gaspillages et la consommation de matières. 

4. L’acheminement vers les points de vente / La distribution

Ici, c’est le client qui gère, et en ce moment, si le made in France est à l’honneur, c’est qu’il a ses raisons. En effet, consommer local, c’est réduire la pollution due au transport. 

5. La Consommation 

Un produit de qualité est un produit durable. Un produit durable a besoin d’être moins souvent changé qu’un produit lambda. Il permet donc de réduire les déchets et la pollution. Des lames en bois composite de qualité sont prévues pour durer plusieurs dizaines d’années.

 

6. La fin de vie

La fin de vie des produits en bois composite fait actuellement l’objet de polémiques. En effet, par sa composition, le bois composite est normalement recyclable, et d’ailleurs souvent vanté comme recyclable à 100%. Cependant, il reste relativement récent et ne fait pas encore l’objet de destruction. Le seul container à la déchèterie pouvant actuellement accueillir le bois composite est le « Tout venant ». Difficile donc d’être recyclé à l’heure actuelle. Cependant, de plus en plus de fabricants anticipent le mouvement et préparent un système de récupération des lames afin de les recycler. 

De l’autre côté du monde, un modèle à suivre…

De nombreux industriels japonais travaillent sur des produits dits « durables ». Ces produits sont mis en avant par le label EcoMark, qui garantit aux consommateurs soucieux de consommer durable des produits à faible empreinte carbone et innocuité pour l’homme. Un modèle à instaurer sans hésitation en Europe… 

Les articles liés